Galerie


Lire la suite de « Galerie »

Qu’est-ce qu’une « Translation dimensionnelle »?

Le temps et l’espace sont liés, l’un n’existant pas sans l’autre.
Mais peut-on utiliser du temps pour générer de l’espace ?

J’ai commencé à créer des Translations dimensionnelles dans la lignée de mes Réinterprétations dimensionnelles. En effet, la photographie n’aplatit pas seulement 3 dimensions (hauteur, largeur, profondeur), elle agrège également la quatrième dimension de notre espace, indissociable des autres : le temps.

Combien de temps décide-t-on d’aplatir dans une photographie ?

La question peut paraître étrange mais Lire la suite de « Qu’est-ce qu’une « Translation dimensionnelle »? »

Mobylette bleue II

Mobylette bleue II, Réinterprétation dimensionnelle n° r_305d, vue sous 2 angles différents, 2016.

La sculpture est toujours générée par analyse et réinterprétation d’ensemble des données numériques d’une photo. Je teste de nombreux paramètres jusqu’à arriver à un résultat qui m’intéresse, mais je ne m’autorise aucune retouche manuelle sur le volume obtenu pour rester parfaitement cohérent : les données de telle image, interprétées de telle façon, donnent tel résultat. On peut donc dire que cette sculpture était déjà inscrite dans les données de l’image, tout dépend de la façon de traiter ces données.

Ici, le nombre de facettes final de la sculpture est extrêmement réduit pour arriver à un résultat totalement abstrait.

La couleur de chaque facette est elle aussi générée par l’image de départ : elle est le résultat de la moyenne des couleurs de la zone concernée dans la photo de départ.

Exposition « Sculpter la Photographie »

Sculpter la Photographie
Le Four Pontet, 5 quai de la Sèvre, 79460 Magné
12 – 24 août 2016

Dans cette exposition personnelle, j’ai rassemblé 67 œuvres sous forme de tirages et vidéos, montrant l’évolution de mes travaux dans ma plus importante série, celle des Réinterprétations dimensionnelles.

Parmi lesquelles 13 tirages et 1 vidéo, achevés début août, correspondant à ma dernière étape en date, où j’en arrive à réduire énormément le nombre de facettes composant mes Réinterprétations, au point qu’elles deviennent totalement abstraites.

Quelques images :

Cosmopolitan n° 430

Sculpter des pages.

J’ai découpé en brins très fins, puis collé sur toile un numéro entier de Cosmopolitan. Formellement, cela semble n’avoir aucun rapport avec le reste de mon travail, mais conceptuellement, si !

En effet, j’ai donné un volume à des éléments considérés comme plans : des pages de magazines. Ce volume existait, mais « peu ». En le mettant en valeur, je rappelle que toute image a forcément une profondeur, aussi légère soit-elle, que les éléments en 2 dimensions n’existent tout simplement pas.

S’attarder sur le support, tant qu’il existe encore.

Jusqu’à maintenant, les images (au sens large du mot, intégrant également les textes imprimés) ont toujours eu besoin d’un support, et je crois même que c’est ce qui les qualifie en tant qu’images. En attendant la fin prochaine du support, les images, peintes, diffusées sur des écrans ou imprimées, sont en réalité des bas-reliefs (ou des « très bas-reliefs »).

Aussi, nous pouvons choisir Lire la suite de « Cosmopolitan n° 430 »

La « spatialisation » des messages

Un énorme bouleversement est en cours. Le support des textes et des images est en train de disparaître : le papier, les tirages photos sont progressivement remplacés par les écrans, qui sont eux-mêmes voués à s’effacer pour des dispositifs de réalité augmentée encore encombrants mais pour lesquels des entreprises travaillent déjà la miniaturisation à la dimension de lentilles de contact.
On parle de « dématérialisation du support » et ce qui se joue, là, en ce moment, derrière, c’est la « mise en espace »,

la « spatialisation » générale de tous les messages humains, textes comme images.

Leur présentation sera en volume, en réalité augmentée, dans l’espace autour de nous (comme le son qui, lui, est spatialisé depuis toujours). Lire la suite de « La « spatialisation » des messages »

Les Nouvelles Métamorphoses 2014

Vogue n° 947, Elle n° 3542 et vous, collage sur miroir, 50×70 cm, détail, 2014
Numéro 134, Série de 4 miroirs et bandes de papier extraites de la revue « Numéro », 20×20 cm chaque, détails, 2014

Les Nouvelles Métamorphoses
Orangerie de La Mothe St-Héray
21 juin – 12 juillet 2014

Cette année, exit les écrans et les sculptures digitales, place au papier, au verre, aux miroirs, aux découpes et aux collages !
Pour la première fois depuis mes études aux Arts Déco, je n’expose que des pièces « non-numériques ».

« Mythe et Réalité »

En effet, le thème 2014, « Mythe et Réalité », me permet de continuer mon travail sur la presse féminine de mode de façon totalement différente de la précédente édition (bien qu’il s’agisse quand même de Réinterprétations Dimensionnelles).

Les dieux sont toujours là.

J’observe depuis longtemps avec une certaine fascination-répulsion les médias de la mode Lire la suite de « Les Nouvelles Métamorphoses 2014 »

« Londres »

Londres, Réinterprétation dimensionnelle n°382-2, vue de la caméra 10

Nouvelle sculpture digitale, dans la série de mes Réinterprétations dimensionnelles, où j’utilise les données numériques de l’image pour générer un volume, plus ou moins abstrait (ici, nettement plus que moins ! Mais on reconnaitra quand même les gris familiers de Londres !)

Pourquoi « La fin de l’image »

La fin de l’image d’ici 45 ans !

J’ai pronostiqué en 2009 la fin de l’image d’ici 50 ans et j’inscris depuis ce moment l’ensemble de mon travail et de mes expositions dans cette perspective.

Annoncer la disparition de l’image peut sembler parfaitement anachronique, tant cela semble à contre-courant de sa prolifération exponentielle. Mais celle-ci est justement le symptôme de sa fin. Lire la suite de « Pourquoi « La fin de l’image » »

Qu’est-ce qu’une « Réinterprétation dimensionnelle »?

J’appelle « Réinterprétation dimensionnelle » tout travail consistant à déployer une image ou un objet dans des dimensions qui n’étaient pas les siennes initialement, avec une prédilection pour le déploiement en volume d’éléments initialement plans, notamment des images.

Soit rien de moins que l’inversion du principe présidant à la création des images, consistant à évoquer ou interpréter un volume ou un espace sur un plan. Ici, je tente, à l’inverse, d’extirper du volume à partir de plans, de créer de la sculpture à partir d’images.

Peut-on faire de la sculpture à partir de photographies ?

À priori, c’est inconcevable, Lire la suite de « Qu’est-ce qu’une « Réinterprétation dimensionnelle »? »

Les nouvelles Métamorphoses 2013

Les Nouvelles Métamorphoses
Orangerie de La Mothe St-Héray & Commanderie de St Marc la Lande
22 juin – 14 juillet 2013

La presse féminine de mode véhicule des messages contradictoires sur le corps de la femme, à la fois de libération et d’enfermement, et ceci, me semble-t-il, en grande partie à cause des ambiguïtés de la photographie. Lire la suite de « Les nouvelles Métamorphoses 2013 »

La fin de l’image, chap. III : HYPERSCULPTURE

Château de Javarzay
19 Août-11 septembre 2011

Cette 3ème exposition personnelle s’inscrit dans la continuité de mon travail d’étude de la disparition progressive du concept même d’image, sur 50 ans, que j’ai théorisée en 2009 et que je symbolise par le biais de sculptures 3D réalisées à partir des données numériques incluses dans des photographies. Lire la suite de « La fin de l’image, chap. III : HYPERSCULPTURE »

La fin de l’image

« La fin de l’image »

Sculpture numérique
Château de Javarzay
31 juillet–16 août 2009

Bientôt,

tout sera non seulement conçu, mais aussi montré, en 3d. Les films en 3d fleurissent, les écrans et les appareils photos 3d arrivent.
Nous ne fabriquerons et regarderons plus des images mais des espaces, des objets… et des sculptures.

C’est un basculement historique, un changement fondamental dans l’histoire de l’art; c’est la fin des images, la fin du principe même qui a amené la création de milliards d’images par les êtres humains : évoquer un espace sur un plan. Principe qui va se transformer en : « évoquer un espace par un espace ».
Lire la suite de « La fin de l’image »