Nephael

Dernière mise à jour le 12 octobre 2017

Nephael, Réinterprétation dimensionnelle n° r_431-2a c2

Sculpture abstraite extraite de ma série « XXIst Century Woman Narcissism », réalisée à partir de selfies sexy publiés sur Instagram.

Une sculpture abstraite générée par les données numériques d’une photographie.

Galerie

Dernière mise à jour le 17 décembre 2016


Lire la suite de « Galerie »

Exposition « Sculpter la Photographie »

Dernière mise à jour le 5 décembre 2016

Sculpter la Photographie
Le Four Pontet, 5 quai de la Sèvre, 79460 Magné
12 – 24 août 2016

Dans cette exposition personnelle, j’ai rassemblé 67 œuvres sous forme de tirages et vidéos, montrant l’évolution de mes travaux dans ma plus importante série, celle des Réinterprétations dimensionnelles.

Parmi lesquelles 13 tirages et 1 vidéo, achevés début août, correspondant à ma dernière étape en date, où j’en arrive à réduire énormément le nombre de facettes composant mes Réinterprétations, au point qu’elles deviennent totalement abstraites.

Quelques images :

Qu’est-ce qu’une « Translation dimensionnelle »?

Dernière mise à jour le 25 octobre 2016

Le temps et l’espace sont liés, l’un n’existant pas sans l’autre.
Mais peut-on utiliser du temps pour générer de l’espace ?

J’ai commencé à créer des Translations dimensionnelles dans la lignée de mes Réinterprétations dimensionnelles. En effet, la photographie n’aplatit pas seulement 3 dimensions (hauteur, largeur, profondeur), elle agrège également la quatrième dimension de notre espace, indissociable des autres : le temps.

Combien de temps décide-t-on d’aplatir dans une photographie ?

La question peut paraître étrange mais Lire la suite de « Qu’est-ce qu’une « Translation dimensionnelle »? »

Mobylette bleue II

Dernière mise à jour le 15 octobre 2016

Mobylette bleue II, Réinterprétation dimensionnelle n° r_305d, vue sous 2 angles différents, 2016.

La sculpture est toujours générée par analyse et réinterprétation d’ensemble des données numériques d’une photo. Je teste de nombreux paramètres jusqu’à arriver à un résultat qui m’intéresse, mais je ne m’autorise aucune retouche manuelle sur le volume obtenu pour rester parfaitement cohérent : les données de telle image, interprétées de telle façon, donnent tel résultat. On peut donc dire que cette sculpture était déjà inscrite dans les données de l’image, tout dépend de la façon de traiter ces données.

Ici, le nombre de facettes final de la sculpture est extrêmement réduit pour arriver à un résultat totalement abstrait.

La couleur de chaque facette est elle aussi générée par l’image de départ : elle est le résultat de la moyenne des couleurs de la zone concernée dans la photo de départ.